CATALOG OF ORIGINAL DESCRIPTIONS: Globotruncana (Rotalipora) montsalvensis Mornod 1950

This page provides data from the catalog of type descriptions. The catalog is sorted alphabetically. Use the current identification link to go back to the main database.


Higher levels: pf_cat -> G -> Globotruncana (Rotalipora) -> Globotruncana (Rotalipora) montsalvensis
Other pages this level: G. (Rotalipora) appenninica balernaensis, G. (Rotalipora) micheli, G. (Rotalipora) montsalvensis, G. (Rotalipora) montsalvensis minor, G. (Rotalipora) reicheli, G. (Rotalipora) turonica expansa

Globotruncana (Rotalipora) montsalvensis

Citation: Globotruncana (Rotalipora) montsalvensis Mornod 1950
Rank: Species
Type locality: Holotype and figured specimens from about 0.5 meter or less above the creek bed in Profile II, approx 1000 meters above sea level, in the right bank of the Ruisseau des Covayes, on the SE slope of the Montsalvens chain, north of Cerniat, Fribourg Switzerland.
Type age (chronostrat): Cenomanian
Type specimens: Holotype Fig. 4, 1a-c. Topotypes Flg. 7, n° 1a-c; 2a-c.: C39014; Desc. p.584-6
Type repository: Basel, CH; Natural History Museum

Current identification/main database link: Rotalipora montsalvensis (Mornod, 1950)


Original Description
Translated from French: [Biconvex shell, with a trochospiral, dextral mode of coiling, outline very lobate. Spiral side with three whorls, six square-shaped chambers in the last whorl; rapid increase in size from the first to the last whorl, weakly marked in this last whorl and even declining in the last chamber; chambers surface granulose inflated compared to the depressed sutures. In addition, a depressed area is present along the external edge of the first whorls. Sutural ridges poorly salient or absent, sutures and sutural ridges weakly arched or straight, meeting perpendicularly or even at a blunt angle the preceding whorl. The sutural ridge is in continuity with the carinal ridge forming between them an almost right angle. The umbilical side displays strongly inflated chambers, radially elongate, spatulate or shaped like stubby fingers; umbilical area very wide and deep. Sutural depressions well marked, straight, not all of them directed toward the center of the umbilicus, devoid of ridges. Nevertheless, presence of a small fold of the wall (instead of a sutural ridge) starting from the sutural aperture which probably corresponds to the lip that ornaments the veiled interiomarginal aperture. Small granular and sinuous lines between the sutural apertures. The chambers extend into calcareous decks which completely seal the umbilicus. The periphery is provided with a single barely distinct carinal ridge. Apertures characteristic of the genus: aperture interiomarginal, big and high, visible in the last chamber, capped by a small lip; sutural aperture located at the third of the sutural line, clearly visible in the chambers of the last whorl, large, semicircular, capped by a small lip. In the first chamber, this sutural aperture may split into two.]

Coquille biconvexe, à enroulement trochospiral dextrogyre, contour très lobé. Face spirale à 3 tours, 6 loges au dernier tour et à forme quadratique; accroissement rapide de la spire au passage des premiers au dernier tour, peu marqué dans celui-ci et même déprimé à la hauteur de la dernière loge; surface des loges à granules, renflée par rapport aux sutures déprimées. Une dépression suit en plus le bord externe des premiers tours. Bourrelets suturaux peu saillants ou absents, faiblement arqués vers l'avant ou droits ainsi que les sutures, tombant perpendiculairement ou même en angle obtus sur le tour antérieur. Le bourrelet suturai se poursuit par le bourrelet carénai en dessinant un angle presque droit. La face ombilicale offre des loges fortement renflées, allongées radialement en forme de spatules ou de doigts trapus; aire ombilicale très vaste et profonde. Dépressions suturales accusées, droites, ne se dirigeant pas toutes vers le centre de l'ombilic, dépourvues de bourrelets. Toutefois, à partir de l'ouverture suturale, un petit ourlet tient lieu de bourrelet suturai et doit correspondre à la lèvre qui orne l'ouverture intériomarginale voilée. De petits filets granuleux et sinueux courent entre les ouvertures suturales. Les loges se prolongent par des ponts calcaires qui ferment totalement l'ombilic. La périphérie est ornée d'un unique bourrelet carénai estompé. Ouvertures typiques du genre: ouverture intériomarginale grande et haute, visible dans la dernière loge, surmontée d'une petite lèvre; ouverture suturale située au 1:1 du parcours de la ligne suturale, très apparente dans les loges du dernier tour, large, semi-circulaire, surmontée d'une petite lèvre. A l'arrière de la première loge, elle peut se dédoubler.

Size: Holotype: diameter 0.80 mm; height 0.31 mm

Extra details from original publication
Variations. La taille varie peu ainsi que le nombre de loges, leur allure et les caractères spécifiques de la face ombilicale.

Rapports et différences. Cette espèce se distingue de celles qui sont décrites plus haut par sa face spirale, aux loges quadratiques, aux bourrelets effacés ou dépressions suturales presque droites, aux loges renflées et contour très lobé; par sa face ombilicale sans bourrelets suturaux, à ouvertures suturales qui occupent une position fixe sans émigrer vers l'ombilic. Ses loges très allongées sur le côté ventral la distinguent aussi des espèces suivantes. Rotalipora turonica s'en détache par ses bourrelets suturai et carénai vigoureux, un peu sinueux, par son test souvent contourné et son ombilic peu défini. Rot. montsalvensis présente plus d'affinités avec Rot. cushmani mais s'en sépare nettement grâce au bourrelet carénai volumineux de cette dernière, à ses bourrelets suturaux arqués et tombant tangentiellement ou obliquement sur les tours antérieurs, à son contour moins lobé, à ses loges moins allongées radialement. Rotalipora cushmani var. evoluta Sigal considérée par M. Reichel comme espèce distincte, est une forme beaucoup plus déprimée, aux loges peu renflées et marquées d'une forte tendance au déroulement au dernier tour, aux ouvertures suturales situées tout près de l'ombilic.

Extension. Fréquente dans le complexe 5 (Fig. 14), dans la partie supérieure du Cénomanien. L'espèce doit se poursuivre jusqu'au Santonien où nous avons trouvé deux exemplaires accompagnés de Globotruncana ventricosa (niveaux 52 et 57 du Profil III, Fig. 2).

References:

Mornod, L. (1950). Les Globorotalides du Cretace superieur du Montsalvens (Prealpes fribourgeoises). Eclogae Geologicae Helvetiae. 42(2): 573-595. gs V O


logo

Globotruncana (Rotalipora) montsalvensis compiled by the pforams@mikrotax project team viewed: 21-1-2021

Taxon Search:
Advanced Search

Short stable page link: http://mikrotax.org/pforams/index.php?id=131345 Go to Archive.is to create a permanent copy of this page - citation notes



Comments (0)

No comments yet on this page. Please do add comments if you spot any problems, or have information to share

Add Comment

* Required information
1000
Captcha Image
Powered by Commentics