Catalog - Globotruncana gagnebini Catalog - Globotruncana gagnebini

CATALOG OF ORIGINAL DESCRIPTIONS: Globotruncana gagnebini Tilev 1951

This page provides data from the catalog of type descriptions. The catalog is sorted alphabetically. Use the current identification link to go back to the main database.


Higher levels: pf_cat -> G -> Globotruncana -> Globotruncana gagnebini
Other pages this level: << < G. dupeublei, G. erevanica, G. falsocalcarata, G. falsostuarti, G. fareedi, G. flexuosa, G. fornicata, G. fornicata ackermanni, G. fornicata cesarensis, G. fornicata globulocamerata, G. fornicata manaurensis, G. fornicata motai, G. fornicata plummerae, G. fresnoensis, G. fundiconulosa, G. gagnebini, G. gansseri, G. gansseri gandolfii, G. gansseri subgansseri, G. globigerinoides, G. goudkoffi, G. hanzawai, G. havanensis, G. helvetica, G. helvetica posthelvetica, G. hilli, G. imbricata, G. indica, G. inornata, G. intermedia, G. intermedia difformis> >>

Globotruncana gagnebini

Citation: Globotruncana gagnebini Tilev 1951
taxonomic rank: Species
Described on page(s) : 50-57
Type specimens: Ramandag No. VI, profond. 1170 m. Fig·. 14, (Pl. III, fig. 2)

Current identification/main database link: Globotruncana aegyptiaca Nakkady 1950


Original Description

De même que la Gl. lugeoni, la forme suivante nous paraît être une espèce nouvelle. Elle présente de grandes ressemblances avec Gl. lugeoni, mais elle est bicarénée c'est-à-dire qu'à la carène bordière s'associe un bourrelet latéral.

a - Test: Plat ou légèrement convexe du côté dorsal très fortement convexe du côte ventral. Les loges ont parfois bombées sur la face dorsale et _plus ou moins arrondies sur le partie ombilicale. La forme des loges est semi.circulaire sur ln face dorsale, allongée suivant le sens de l'enroulement.
  Le contour de la périphérie est plus ou moins lobé.

b - La courbure: Plate ou légèrement convexe dorsalement, tres fortement bombée sur la face ventrale.

c - Carènes:
1) Le test est bordé par trne cari'!ne limitant lu face dorsale. Cette carene se manifeste fortement soit dans les tours internes, soit dans la tour externe. Elle est souvent perlée, lisse vers la dernière loge, ou encore simple, sans ornementati011. La projection de ln carlrne sur le plan axial est une ligne plus ou moins droite ou vallonnée.

2) Bourrelet: Parallèlement à ln carène dorsnlo, le test est bordé latéralement par un bourrelet. L'espace compris entre le bourrelet et la carène n'a pas une largeur constante sur un même tour de spire. Le bourrelet fait parfois défaut sur la dernière loge, ou s'approche beaucoup plus de la carène. Dans les tours internes, le bourrelet forme parl'oi.s une sorte de carène ventrale, avec un large bandeau carènal. La largeur du bandeau carènal est plus grande sur l'avant-dernier tour que sur le dernier. Nous avons tenu à distinguer cette formation, qui nous semble postérieur à la genèse de ln loge, en l'appelant bourrelet, afin de le distinguer de la carène, qui est localisée à l'angle du test, à su périphérie.
  Sur l'avant-dernière loge, on voit la distance entre le bourrelet et 1a nnrône don;ale diminuer graduellement; parfois, ceH deux formations se rejoinent et se confondent à la partie anterieure de l'avant-derniere loge. Sur la dernière, il n'y a parfois plus que la carène, sans bourrelet; ou bien carène et bourrelet sont presqu'accolés l'un à l'autre (voir Pl. III, fig. 3).
   Comme nous l'avons vu dans notre première partie, une telle formation peut déterminer en coupe axiale deux figures différentes, suivant que la coupe passe par la dernière loge ou par l'avant dernière, et faire croire à deux especes distinctes, dont l'une serait constamment bicarénée tandis que l'autre serait d'un côté bicarénée, de l'autre unicarénée.
   Le bourrelet peut être, comme la carène, simple ou muni de perles, Ainsi qu'on l'a déjà remarqué, cette ornementation diminue progressivement vers la dernière loge.

3) Bandeau carénal: Une bande de test imperforé occupe l'espace compris entre la carène dorsale et le bourrelet latéral. Comme nous venons de le voir, elle est plus large au début du dernier tour que sur la dernière loge (voir fig. 15 et «Pl. III. fig. 2»).

d - Loges:
1) Aspect du côté dorsal: Les loges présentent à la face dorsale une forme arquée, mais cette forme est irrégulière. La périphérie de la face dorsale présente un contour très différent d'un individu à l'autre. Celà provient de ce que, chez un même spécimen, la forme de la loge varie beaucoup.
   Les lignes de suture peuvent être simple ou perlées, et plus fortement perlées au tour interne qu'au tour externe. A part ces perles, les faces dorsales des loges possèdent assez souvent des pustules plus ou moins grandes, généralement à raison d'une sur chaque loge. Dans le cas de loges bombées à la face dorsale, ces pustules disparaissent en partie.
   Ce caractère est commun avec l'espèce Gl. lugeoni type que nous avons décrite plus haut (voir PL I. fig. 5 et fig. 7).

2) Aspect des loges du dernier tour du côté ventral: Les loges présentent une forme plus ou moins elliptique, séparées les unes des autres par des lignes de suture creuses, convexes vers l'avant.
   Sur certains individus, la partie ventrale des loges est couverte de perles, de plus en plus denses et grosses vers le début du tour final. La dernière loge manque parfois d'une telle ornementation. Par contre, les loges du début du dernier tour de spire montrent des pustules bordant l'ombilic (voir fig. 15).

3) Aspect des loges de profil: Elles présentent, comme chez Gl. lugeoni, l'aspect d'un gland. La carène, le bourrelet et la face dorsale convexe de la loge en formeraient la coupule, tandis que la partie très saillante, perlée ou non, représenterait la graine. L'ensemble des loges forme un assemblage de 3 à 4 glands accolés. Dans certains cas, on voit la dernière loge prendre un volume très considérable par rapport aux loges précédentes. Sur la fig. 14, par exemple, le volume de la dernière loge est à peu près égale au quart du volume entier du test.

e - Ombilic: Ouvert, de forme variable dépendmlt de l'ag·encement des loges, parfois bordé par un épaississement du test ou par dee; pustules (voir fig. 15). Il est toujours rempli de matériel épigènique, qui en cache la forme et la profondeur. Les sections uxiales montrent que l'ombilic est conique et profond. Sa profondeur varie avec la forme même du test. Elle est en tout cas plus grande que la hauteur moyenne des loges ctu dernier tour.

f - Section axiale: Elle montre la forme exacte de la courbure. Le test n'est pas très épais. Le bourrelet existe dans les tours internes où, comme nous l'avons vu, il figure d'abord une carène inférieure; puis, vers l'avant il se rapproche de plus en plus de la carène dorsale, pour se confondre parfois avec elle sur le dernier tour. Il en résulte que les loges internes n'ont pns cette forme di gland que présentent celles du dernier tour.

g - Section équatoriale: Les loges, à section circulaire, n'ont qu'un orifice s'ouvrant dans l'ombilic, sans communication directe entre elles.

Size:
1) Nombre de tours de spire chez le le type adulte: Varie entre 2 et 3, mais ne dépassant guère ce dernier chiffre. Les deux tours externes sont généralement bien nets, le tour initial étant peu distinct.
2) Nombre de loges au dernier tour: 5 à (i. 3) Diamètre dorsal:
a) Grand diamètre: D : 0,33-0,60 mm. b) Petit diamètre: d : 0,25-0,45 mm. c) Rapport des diamètres: d/D : 0,75-0,90
4) Dimensions de l'avant-dernière loge (dereniere loge (non déformée, la plus développée): a) Longueur : 0,20-0,33 mm. b) Largeur : 0.10-0,20 mm.
5) Rapport du grand diamètre D à la hauteur H du test: D/H. Ce rapport varie, étant inversement proportionnel à la convexité ventrale du test. D/H: env. 1,7-2,2

Extra details from original publication
Variabilité de l'espèce: L'espèce que nous venons de décrire est assez variable quant à la forme ou la dimension du test et à son ornementation. Au cours de toutes ces variations, le test reste plat ou légèrement convexe du côté dorsal, plus ou moins bombé du côté ventral, qui est disproportionné par rapport au côté dorsal. Le contour présente toujours un aspect lobé plus ou moins marqué. Par la forme spéciale du profil de sou test, par son bourrelet, par son ornementalion de perles ou de pustules des deux côtés, cette forme ne peut être confondus avec d'autres espèces de Globotruncana.

Répartition stratigraphique: Dans le puits de Ramandag: No. VI, elles ont la meme répartition stra-tigraphique que celle de Gl. stuarti. On les rencontre dans toute la série maestrichtienne de ce puits, et en abondance. Ce n'est que dans les échantillons tirés du sondage de Ramandag No. VI que nous les avons, rencontrées.

Rapports et différences: Parmi les espèces de Globotruncana ressemblant à la Gl. gagnebini, nous pouvons citer les suivantes:
1 Globotruncana pendens Vogler,
2 Globotruncana canaliculata var. ventricosa White
3 Globotruncana lugeoni

1 Globotruncana gagnebini diffère de Gl. pendens Vogler par sa face dorsale généralement convexe, qui est plate ou concave chez Gl. pendens. La forme des loges est plus arrondie, à la partie ventrale chez Gl. gagnebini que chez Gl. pendens. A ces caracteres s'ajoutent, chez Gl. gagnebini, l'ornementation ventrale du test et les pustules au milieu des loges, à la partie dorsale. Une comparaison plus detaillée n'est malheureusement pas possible, car Gl. pendens est décrite d'après des sections en coupe mince. Nous ne possédons donc aucun renseignement sur les caracteres externe du test de Gl. pendens.

2) Globotruncana canaliculata var. ventricosa White differe de Gl. gagnebini par l'agencement régulier et semicirculare des loges, ainsi que par les contour lobé, qui caructérisent la gagnebini. La surface du test de Gl. canaliculata var. ventricosa, manque d'ornementation, les pustules du milieu des loges, à la face dorsale, font défaut. Les caractères détaillés de cette espece ne sont malheureusement pas décrit par l'auteur.

References:

Tilev, N. (1951). Etude des Rosalines maestrichtiennes (genre Globotruncana) du Sud-Est de la Turquie (Sondage de Ramandaǧ). Maden Tetkik ve Arcana Enstitusu Yayinharindam (Mining Research and Exploration, Institute of Turkey Publ.).. 16: 1-101. gs


logo

Globotruncana gagnebini compiled by the pforams@mikrotax project team viewed: 25-7-2024

Taxon Search:
Advanced Search

Short stable page link: https://mikrotax.org/pforams/index.php?id=131424 Go to Archive.is to create a permanent copy of this page - citation notes



Add Comment

* Required information
Captcha Image
Powered by Commentics

Comments (2)

Avatar
Zahra Tarash(Guyana)

Hi

What is the difference between Globotruncana gagnebini species and Globotruncana aegyptiaca species?

What is the geological Range of Globotruncana gagnebini?

Thank you if you guide me, please.

Avatar
Jeremy Young(UK)

Zahra Tarash - according to the current opinion G. gagnebini is a junior synonym of G. aegyptiaca, so they are the same thing. Note that this part of mikrotax site is the catalog which lists all described species.

Jeremy Young