CATALOG OF ORIGINAL DESCRIPTIONS: Ticinella praeticinensis Sigal 1966

This page provides data from the catalog of type descriptions. The catalog is sorted alphabetically. Use the current identification link to go back to the main database.


Higher levels: pf_cat -> T -> Ticinella -> Ticinella praeticinensis
Other pages this level: T. albiana, T. aprica, T. bejaouaensis transitoria, T. caronae, T. floresae, T. madecassiana, T. moulladei, T. petalloidea, T. praeticinensis, T. primula, T. raynaudi, T. raynaudi aperta, T. raynaudi digitalis, T. raynaudi raynaudi, T. roberti bejaouaensis, T. roberti eubejaouaensis, T. subbreggiensis

Ticinella praeticinensis

Citation: Ticinella praeticinensis Sigal 1966
Rank: Species
Type locality: Diego-Suarez well, north of Mount Raynaud, Madagascar.
Type age (chronostrat): Albian
Type sample (& lithostrat): Holotype (pl. 2, figs. 3-5) from a depth of 184.9 m. and all figured paratypes from a depth of 200 m.
Type specimens: pl. Il, fig. 3 ab-8 ab; pl. III, fig. 1 ab-6 ab; F6 0883
Type repository: Paris; Museum d'Histoire Naturelle de Paris

Current identification/main database link: Ticinella praeticinensis Sigal 1966


Original Description
Diagnose: espèce caractérisée par le mode d'enroulement et le nombre de loges de la sous-espèce Rotalipora ticinensis subticinensis, mais avec un développement dense de pustules et papilles à la place de la carène proprement dite.
[Species characterized by its mode of coiling and by the number of chambers of the subspecies Rotalipora ticinensis subticinensis, but with a growth of pustules and papillae closely packed instead of a proper keel.]

Description: test de petite taille, finement et densément perforé; l'enroulement trochospirale est très peu élevé, donnant au test un profil à peu près symétrique et très surbaissé; on observe 2,5 à 3 tours de loges croissant régulièrement et très lentement, en particulier sur la fin ; on en compte 7 à 8 au dernier tour; le dernier demi-tour (délimité par une ligne partant de la base de la dernière loge et passant par le proloculum) comporte plus de 4 loges; la périphérie est renforcée par une accumulation dense de papilles ou pustules, dont l'importance décroît peu à peu, les 4 à 5 dernières loges ne montrent finalement qu'une marge à peine anguleuse, perforée; le contour extérieur est nettement lobé.
La face spirale montre un dernier tour en général surbaissé par rapport aux tours internes au niveau des dernières loges; la surface des loges est fortement enflée, les sutures sont subradiales et fortement déprimées; la suture spirale est fortement déprimée.
La face ombilicale montre des loges assez fortement enflées, séparées par des sutures déprimées radiales et rectilignes, leur forme est typiquement triangulaire, elles s'abaissent lentement vers l'ombilic. L'ombilic est assez profond, large. Les expansions lamellaires se soudent en une rampe hélicoïdale qui obture largement l'ombilic.
La face terminale est fortement enflée, à peu près isodiamétrique, petite.
L'ornementation est constituée uniquement par les pustules et papilles, densément réparties sur la face spirale des tours internes et des 3 à 4 premières loges du dernier tour; elles sont peu développées sur la face ombilicale; à la périphérie elles sont plus densément assemblées et souvent plus grosses, simulant une bande carénale, la paroi demeure perforée entre elles.
L'ouverture principale est allongée, assez haute, atteignant presque la marge périphérique; elle est surmontée par une lèvre large.
Les ouvertures supplémentaires sont très petites, en position intra-ombilicale, sauf les 1 2 dernières qui migrent légèrement dans la suture; elles sont surmontées par une lèvre ténue.
Enroulement: apparemment 2/3 sénestres, 1/3 dextres.

[Description: Small test finely and densely perforate; very low trochospire producing a more or less symmetrical, compressed profile. One can see 2.5 to 3 whorls with chambers increasing regularly and very slowly, especially toward the end; numbering 7 to 8 in the last whorl; the last half-whorl (bounded by a line starting from the base of the last chamber to the proloculus) comprises more than 4 chambers; the periphery is thickened by an accumulation of papillae or pustules, the importance of which decreases slowly, the 4 to 5 last chambers only displaying a margin barely angular, perforate; the outline is clearly lobate.
The spiral side displays a last whorl - especially its last chambers - generally sunken compared to the internal whorls; the chambers surface is strongly inflated, the sutures subradial and strongly depressed; the spiral suture is strongly depressed.
The umbilical side displays quite strongly inflated chambers separated by depressed, radial and straight sutures, their shape typically triangular and gently dipping toward the umbilicus. The latter is fairly deep, broad. The wall extensions fuse into a helicoidal ramp which seals most of the umbilicus.
The apertural side is strongly inflated with more or less equal dimensions, small.
The ornamentation consists solely of pustules and papillae densely distributed on the spiral side of the internal whorls and on the 3 to 4 first chambers of the last whorl; they are weakly developed on the umbilical side, more densely gathered and often bigger along the periphery simulating a carinal band, the wall between the pustules remaining perforate.
The main aperture is elongate, fairly high, almost reaching the periphery; it is capped by a broad lip.
The supplementary apertures are very small, intraumbilical in position except for the last one or two which move slightly away from the umbilicus, along the sutures. They are capped by a thin lip.]

Les ouvertures supplémentaires sont très petites, en position intra-ombilicale, sauf les 1 2 dernières qui migrent légèrement dans la suture; elles sont surmontées par une lèvre ténue. Enroulement: apparemment 2/3 sénestres, 1/3 dextres.

Size: the large diameter usually varies between 0.35 and 0.40 mm

Extra details from original publication
Variations autour du type: deux caractères offrent particulièrement prise à la variation: la taille générale, le profil de la face spirale qui va de plan (pl. III, lig. 1-3) à assez fortement trochoïde. L'importance des pustules varie de manière assez sensible sur la face spirale des tours internes (pl. II, fig. 6-8; pl. III, fig. 4-6). Le nombre de loges au dernier tour descend rarement au-dessous de 7 (c'est le cas de la forme figurée par J. Klaus que nous mettons en synonymie).

Rapports et différences: Rotalipora (Thalmanninella) ticinensis ainsi que sa sous-espèce subticinensis sont bien distinctes par la possession d'une carène; en général ces deux formes sont de taille plus grande, souvent le test est plus fortement lenticulaire. En ce qui concerne les autres espèces de Ticinella, seules certaines formes de la var. bejaouaensis peuvent s'en approcher, lorsque leur taille est relativement petite, mais la spire est plus ouverte sur la lin et comporte plus de loges au dernier demi-tour; on n'observe pas non plus un même développement pseudo-carénal. En section axiale ce sera une espèce le plus souvent difficile à déterminer, si ce n'est par sa taille en général faible associée à une densité pseudo-carénale plus forte des pustules.

Extension stratigraphique et géographique: c'est une espèce que nous avons reconnue en plusieurs localités (Madagascar, Algérie). Sa position stratigraphique exacte n'est pas précisée, si ce n'est par sa place dans le schéma général d'évolution du groupe-Zicinensis et dans l'ensemble de la microfaune; elle se développe probablement dans la plus grande partie de l'Albien moyen et peut- être une partie de l'Albien supérieur. La forme figurée par J. Klaus est attribuée à l'Albien supérieur dans les Préalpes médianes de Suisse.

Remarque: il s'agit incontestablement de la forme souche de Rotalipora (Thalmanninella) ticinensis, dont la sépare une différence de taille (elle est plus petite) et surtout l'absence de carène. Le «passage» morphologique (avec, pour «intermédiaire», la sous espèce ticinensis subticinensis, ancienne ticinensis var. alpha de Gandolfi) se trouve confirmé par l'antériorité du moment d'apparition, telle que nous avons pu la constater dans des profils d'Algérie et dans le forage de Diégo-Suarez (Sigal, 1956b).
Son origine est plus obscure; elle ne peut être recherchée dans des Ticinelles trochoïdes contemporaines, ou antérieures, tout au moins celles actuellement connues (T. roberti, T. primula), déjà bien fixées dans leur évolution. Elle est à coup sûr très proche d'un ancêtre éventuel non-ticinelloïde, le saut est faible (à part les ouvertures supplémentaires) par rapport à une Hedbergella

References:

Sigal, J. (1966). Contribution á une monographie des Rosalines. I. Le genre Ticinella Reichel, souche des Rotalipores. Eclogae Geologicae Helvetiae. 59: 185-217. gs V O


logo

Ticinella praeticinensis compiled by the pforams@mikrotax project team viewed: 25-7-2021

Taxon Search:
Advanced Search

Short stable page link: https://mikrotax.org/pforams/index.php?id=132351 Go to Archive.is to create a permanent copy of this page - citation notes



Comments (0)

No comments yet on this page. Please do add comments if you spot any problems, or have information to share

Add Comment

* Required information
1000
Captcha Image
Powered by Commentics