CATALOG OF ORIGINAL DESCRIPTIONS: Ticinella roberti bejaouaensis Sigal 1966

This page provides data from the catalog of type descriptions. The catalog is sorted alphabetically. Use the current identification link to go back to the main database.


Higher levels: pf_cat -> T -> Ticinella -> Ticinella roberti bejaouaensis
Other pages this level: T. albiana, T. aprica, T. bejaouaensis transitoria, T. caronae, T. floresae, T. madecassiana, T. moulladei, T. petalloidea, T. praeticinensis, T. primula, T. raynaudi, T. raynaudi aperta, T. raynaudi digitalis, T. raynaudi raynaudi, T. roberti bejaouaensis, T. roberti eubejaouaensis, T. subbreggiensis

Ticinella roberti bejaouaensis

Citation: Ticinella roberti bejaouaensis Sigal 1966
Rank: variety
Type locality: forage de Diego, au N du Mt Baynaud où affleurent les mêmes couches (Madagascar).
Type age (chronostrat): Aptian
Type specimens: pl. V, fig. 5 ab-9 ab; F6 0887
Type repository: Paris; Museum d'Histoire Naturelle de Paris

Current identification/main database link: Paraticinella rohri Bolli 1959


Original Description
Description. Cette forme, d'assez grande taille diffère de l'espèce par les points suivants: le nombre de loges est assez élevé, 9 environ; leur surface sensiblement plus rugueuse; le dernier demi-tour (délimité par une ligne partant de la base de la dernière loge et passant par le proloculum) comporte plus de 4,5 loges; la face spirale montre un enroulement assez lâche. Ces mêmes caractères sont susceptibles d'une certaine variabilité: jusqu'à 10,5- 11 loges dans un dernier tour offrant alors une apparence evolute; en outre, comme pour l'espèce la face spirale peut être plane à légèrement concave. L'enroulement semble dextre d'après le petit nombre d'individus observés; l

[This form of a rather large size, differs from the species (roberti) by the rather high number of its chambers, around 9, and their much more rugose surface; the last half whorl comprises more than 4.5 chambers; the spiral side shows a rather loose coiling mode. These characters are somewhat variable: up to 10.5 or 11 chambers in the last whorl suggesting an evolute aspect; moreover, as in the species (roberti) the spiral side may vary from planar to slightly concave. The coiling appears dextral based on the few specimens observed; average size 0.45 mm in diameter, 0.22 mm in thickness.

Size: en moyenne autour de 0,45 pour le diamètre et 0,22 pour l'épaisseur.

Etymology: terme géographique, première localité de reconnaissance de la variété (Djebel Bejaoua, Tunisie).

Extra details from original publication
Rapports et différences. La seule forme qui puisse être utilement comparée est Rotalipora multiloculata (Morrow, 1934), par le grand nombre de loges que laisse entendre l'épithète spécifique choisie. Mais cette dernière espèce possède, d'après la révision de l'holotype publiée par Brönnimann et Brown (1956), une formation carénale, ainsi qu'une certaine torsion des loges en vue ombilicale. En lames minces les dimensions particulièrement grandes peuvent aider à la différencier de Ticinella roberti ou d'Hedbergelles.

Extension stratigraphique et géographique. Nous connaissons cette variété de plusieurs gisements qui se localisent surtout dans de l'Albien assez bas. Le paratype, provient du Dj. Bejaoua étudié par J. Bolze, en Tunisie, on le rencontre avant l'apparition de R. (Th.) ticinensis, etc..., il apparaît peu au-dessus d'une faune à Planomalina cheniourensis. - Une position comparable, avant l'apparition de R. (Th.) ticinensis, et par ailleurs au-dessus de la zone de Clansayes peut être attribuée à des individus observés dans les régions vocontiennes (où leur taille moyenne est généralement inférieure). L'holotype provient lui aussi de niveaux situés bas dans l'Albien; il a été pris dans la partie inférieure des niveaux restreints où on rencontre la variété, entre l'apparition de T. roberti, puis T. primula et celle du groupe T. praeticinensis puis R. (Th.) ticinensis. Mais le niveau le plus inférieur que nous lui connaissons est celui de la zone de Clansayes, tout comme T. roberti même, qu'elle accompagne d'ailleurs dans le gisement déjà cité du Kt. Amara ben Ali (Constantinois).

Remarques. La très grande similitude que présente la forme attribuée à T. multiloculata (Morrow) par Loeblich et Tappan, ainsi que l'une des formes au moins attribuées à Gir.? multiloculata Morrow par Cushman - nous les portons pour l'instant en synonymie avec notre variété, - introduit une difficulté en ce qui concerne l'âge, puisque cette forme est rapportée alors du Cénomanien supérieur (Greenhorn limestone; Hartland shale member) du Kansas; cette difficulté serait contournée si la forme re-figurée par Brönnimann et Brown correspond bien, effectivement, à l'holotype.

Ainsi que l'on fait déjà Loeblich et Tappan (1961, p. 294), il y a lieu d'écarter les formes dépourvues d'ouvertures supplémentaires signalées dans le Paléocène et l'Eocène de Californie sous le nom de Globorotalia? multiloculata Morrow par Mallory (1959).

References:

Sigal, J. (1966). Contribution á une monographie des Rosalines. I. Le genre Ticinella Reichel, souche des Rotalipores. Eclogae Geologicae Helvetiae. 59: 185-217. gs V O


logo

Ticinella roberti bejaouaensis compiled by the pforams@mikrotax project team viewed: 15-6-2021

Taxon Search:
Advanced Search

Short stable page link: https://mikrotax.org/pforams/index.php?id=132356 Go to Archive.is to create a permanent copy of this page - citation notes



Comments (0)

No comments yet on this page. Please do add comments if you spot any problems, or have information to share

Add Comment

* Required information
1000
Captcha Image
Powered by Commentics